Partagez|
 

 La tête dans les nuages de bulles.

ça envoie du pâté en croûte
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Invité
Invité
Mar 30 Juil - 22:30



    Musique.

    Il était de ces journées où la chaleur était cuisante. A l’Houblonière, les plantes souffraient tellement que l’on aurait pu les entendre grincer sous les rayons de l’astre solaire. Comme si toute la température qu’il avait emmagasiné se relâchait d’un coup, entrainant une déferlante de rayons UV plus insupportables qu’une chanson de Justin Bièrebeurre. Et pourtant, il était reconnu comme une des voix les plus exécrables à l’oreille des habitants du pays. Quant à eux, ils s’apitoyaient sur leurs champs, leurs forêts et leurs petites plantes en pot, les voyant faner comme fond la neige au soleil. Elles se recroquevillaient sur elles-mêmes et s’éteignaient ainsi, dans la souffrance d’un climat trop hostile à leur bien-être. Quelle triste scène que la mort d’une plante. C’est en voyant une énième plante rabougrie sur le bord de sa fenêtre – de laquelle on avait d’ailleurs une très belle vue sur le centre-ville, mais passons – que Reine Beau se décida à bouger. Se saisissant de son maillot de bains et de ses lunettes de plongée, ainsi que de son tuba, elle se dirigea vers le point d’eau le plus proche. Sa mère lui avait souvent parlé de ce pays que l’on appelait l’Atlantide, et malgré les efforts qu’elle avait faits pour s’en rappeler, la jeune félutine ne se souvenait pas de ces fameuses « vacances au bord de la Mer Creux-die » dont sa maman lui contait les mésaventures. Emmener son ogre de père sous l’eau n’avait pas dû être de tout repos, mais Reine aurait donné n’importe quoi pour revoir la scène aujourd’hui.

    Malheureusement celui-ci était trop occupé avec ses petits business à Nouille Orc pour pouvoir partager ses souvenirs avec sa fille et sa femme. Parfois, il lui manquait, ou elle le haïssait, cela dépendait des jours. Elle n’aimait pas voir sa mère rester seule à la maison lorsqu’elle sortait, et elle culpabilisait de ne pas pouvoir l’emmener faire du shopping. C’est pour cela qu’aujourd’hui, quand elle eut préparé son sac, ‘d’Âche ne put s’empêcher d’adresser un regard triste à sa génitrice avant de foncer dans ses bras. C’est comme si elle n’avait plus de père, comme si elles étaient seules toutes les deux dans cette grande maison. La jeune femme ne comprenait pas. A quoi cela servait de passer autant de temps au travail comme le faisait l’homme de la maison si c’était pour ne pas profiter de ses fruits avec sa famille ? Non, il préférait rester là-bas, dans ce lugubre coin pollué où ni son épouse ni la chair de sa chair ne pouvaient le rejoindre. On aurait presque pensé que c’était fait exprès, et qu’il n’avait pas envie de dévoiler certains de ses … secrets. Après un dernier coup d’œil en direction de sa maman adorée, la demoiselle claqua la porte et s’engouffra dans les ruelles, avant de déboucher sur une route qui la mènera vers son but. Elle recherchait la fraîcheur, mais aussi la découverte. On disait qu’Atlantide était le plus bel endroit de ce monde, où les poissons cohabitaient avec les habitants du pays, où les crabes faisaient partie intégrante de leur quotidien (et il n’était pas rare de se réveiller avec l’un d’eux pinçant votre postérieur). Tant de légendes urbaines et de mythes inavoués que Reine Beau voulait découvrir aujourd’hui !

    En arrivant auprès du point d’eau, elle se changea intégralement à l’abri des regards. Puis, une fois fin prête, elle plongea immédiatement dans l’eau, sans chichis. Emportée par un courant calme vers les profondeurs, elle se sentit manquer d’air lorsqu’une bulle se forma autour de sa tête, lui permettant de respirer sous l’eau. Elle nagea gentiment vers l’entrée du pays et se retrouva vite perdue sur ce sentier qui semblait sans fin. S’asseyant donc sur un banc de pierre, elle regarda autour d’elle, en profitant pour faire une pause. Reine Beau n’était pas habituée à la vie sous l’océan, et sa cage thoracique semblait se comprimer au fur et à mesure qu’elle descendait en profondeur. Une ombre furtive derrière les algues et rochers la fit sursauter. N’y faisant pas attention, elle laissa ses jambes battre dans l’eau. Tout semblait si léger ici. Des bancs de poissons slalomaient entre les vieilles bâtisses, dont les colonnes soutenaient l’entrée, semblant inébranlables. Mais elle sentait bien qu’elle n’était pas dans son environnement naturel. Elle était poney, pas hipponeycampe ! Quelques bribes de souvenirs lui revinrent à l’esprit, son père et sa mère jouant avec elle dans les ruelles de l’Atlantide. Soupirant, nostalgique de ces moments passés en famille, sur le rebord de cette fontaine inutile, elle restait plongée dans ses pensées, ne se doutant pas une seule seconde que quelqu’un viendrait l’en dérouter …

avatar
MESSAGES : 27
HUMEUR : SUMMER TIME \o/

tout est bon dans le potiron
tout est bon dans le potiron
Voir le profil de l'utilisateur Mer 31 Juil - 14:34
La tête dans les nuages ...
de bulles.

[ c'est kk, j'espère que ça ira quand même. ♥ ]

C'était un de ces beaux après-midi de juillet dont on rêve tout l'hiver : un jour éclairé par un soleil incandescent et un ciel torride. Un de ces jours-là où il semblait qu'Atlantide se décidait enfin à goûter aux saveurs de l'été. Les écouteurs de son tout nouvel iPod vissés dans les oreilles, Bobo chantonnait gaiement. Elle avait l'œil brillant, ce petit charme des gens heureux et un sourire naïf pendu aux lèvres ; ses pas joyeux éclaboussaient le silence de la maison. Et une fois que la musique fût finie, Boo s'arrêta, un peu déçue.

C'était un de ces beaux après-midi de juillet où il n'y a jamais grand-chose à faire. Minou et Bob retournaient comme toutes les semaines à Monstropolis - ne rendant visite à leur fille que les week-end et les mercredi. Et à chaque fois qu'ils partaient, ça faisait comme un vide, un immense vide. Les lendemains sans eux, c'était un peu comme les lendemains de soirées ; désert, ennuyeux, la maison plongée dans un semi-coma. Bobo se laissa tomber sur la chaise de la cuisine. Elle n'avait pas non plus de copains, mise à part cet ogre qui était apparu dans son placard et avec qui elle avait aimé rigoler et ce calamour puant et associable qui lui servait de familier.

Menton planté sur ses bras croisés, elle poussa à nouveau un profond soupir ; son souffle chaud fit virevolter la mèche bleue qui reposait sur son nez.

Boo ▬ Squidy prépare toi, on va aller s'fumer un peu d'algues. Y'a rien à faire ici ! hurla-t-elle pour que son calamour puisse l'entendre de sa chambre et se faire à l'idée qu'elle allait le déranger dans sa sieste quotidienne.

Boo avait encore cette voix aiguë, enfantine, qu'on retrouvait chez chaque petite fille ; et si les cicatrices de l'adolescence commençaient à émailler son innocence, la petite monstre disposait toujours des quelques charmes de l'enfance : la frange bleue qui ne le quitterait jamais, les joues imberbes, et un cœur insouciant. De longues minutes passèrent entre la préparation de son petit plaisir en algue et le moment où elle tentait de foutre Squidy dans un bocal de transport. Ce calamour pouvait respirer à l'air libre quelques instants mais certainement pas assez longtemps pour arriver jusqu'à la fontaine ; là où ils seraient tranquilles pour ... manger des croquet'fish. Du moins c'est ce que Bobo pensait. Ne parvenant pas à faire sortir ce calamour vicieux, Boo sortit le drapeau blanc. Elle irait seule en direction du sentier Têtenbulle ...
Sauf que lorsqu'elle arriva à destination, elle fût presque mécontente d'apercevoir quelqu'un sur le bord de la fontaine. Et puis, à mesure qu'elle avançait, un drôle de sourire s'étira sur les traits juvéniles de la jeune monstre.  

Boo ▬ Tu sais y'a bien mieux que de rester ici ... Comme rester ici à fumer un peu d'algue.

Aucune ironie dans le ton, mais ses yeux pétillaient de malice. Elle était dans son monde la petite Boo, elle était si heureuse, si joyeuse à l'idée de partager un peu de sa précieuse algue avec une fille arc-en-ciel. Et sans même attendre un signe de l’intéressée, Boo alluma le joint d'algue qu'elle pinçait entre ses lèvres ; un épais nuage vert s'élevant vers le ciel.
avatar
Invité
Invité
Ven 2 Aoû - 1:27



    Musique.

    Elle l’avait sentie, vue et entendue arriver. Et pourtant, quand l’inconnue s’était approchée d’elle et lui avait adressé la parole, elle n’avait pu réprimer un petit sursaut, comme une peur de la découverte. C’était la première étrangère qu’elle croisait, et on ne pouvait pas dire qu’elle était très différente de toutes les personnes qu’elle avait vue dans sa vie. Mince, petite, avec des cheveux assez agréables à regarder – presque aussi beaux que les siens, mais pas autant – et de très jolis yeux. Sans contenir son sourire, elle la regarda avec toute la simplicité du monde. Reine n’était pas du genre à cacher ses émotions. Quand elle était heureuse de voir quelqu’un, elle l’affichait clairement. Et ça marchait aussi dans le cas inverse. Mais là, quelque chose comme une douce sensation de flottement lui chamboula l’esprit. Manquant de perdre l’équilibre, elle se demandait ce qu’il se passait, car peu à peu, elle s’élevait dans les airs tel un moine Chat-Haut-Laine (de redoutables félins qui pratiquent les arts martiaux en faisant du tricot). Regardant sous elle, elle remarqua un petit monticule blanc cotonneux. Non, ce n’était pas un poney en peluche blanc, mais bien Nimbe Husse, son nuage préféré (en même temps c’est le seul qu’elle connaissait).

    Ni une ni deux, elle tira la bestiole sur le côté, qui fit le même crissement qu’une bouée qui grince. Un bruit agaçant et désagréable raisonna donc dans les entrailles de ces ruines atlantes. Puis elle rit bêtement en direction de l’arrivante, un genre de « Hu-urgh » très disgracieux, avec des yeux mi-clos qui reflétaient, à ce moment-là, toute l’étendue de son intelligence. Et, lorsque la jeune femme aux cheveux bleus commença à parler de « fumer de l’algue », Reine Beau devint rouge, gonfla ses joues, et explosa de rire dans une pluie de postillons multicolores. On aurait pu croire qu’elle en avait déjà consommé, mais non, c’était bien son état normal. Ne souhaitant pas se ridiculiser davantage, bien que son cas ne fut pas des plus agréables, elle tapota la place à côté d’elle, ayant reposé confortablement son séant sur le rebord de pierre, après avoir gigoté un peu comme le font les poules quand elles couvent. Il fallait bien l’avouer, cette fille-là ne la laissait pas indifférente, et bien qu’elle démontre un certain sens de la maîtrise de sa gêne, il fallait qu’elle se ressaisisse pour pouvoir faire face à ce béguin naissant.

    « J’ai jamais fumé, de l’algue. En fait j’ai déjà fumé plein de trucs geeenre des céréales hallucinogènes qui te font haaaa-lluciner de la tête. Mais pas ça, huhuhu. »

    C’en était fini de Reine Beau d’Âches. Elle s’était transformée en espèce de guimauve toute molle. Elle aurait presque eu un filet de bave sur le coin des lèvres tant elle était hypnotisée par cette jeune femme. Mais, bon. Elle se racla légèrement la gorge et prit un air le plus sérieux possible, s’excusant d’une grimace un peu gênée, le rouge aux joues. Une belle fille ne la laissait jamais indifférente. Depuis toujours les zezettes l’avaient laissée de marbre. Et puis, il fallait bien avouer que l’absence de son ogre de père n’avait pas aidé à lui forger une image de l’homme des plus propagandistes qu’il soit, malgré ce que la société voulait lui faire entendre. Elle, elle aimait les nénés, les longs cheveux, les cils courbés et les beaux yeux. C’était d’ailleurs ce qui l’attirait chez cette femelle atlante. Elle avait une globalité corporelle très alléchante. Sa tête allait bien avec le reste. Tout était à sa place, la nana aux cheveux bleutés n’avait pas un œil qui disait merde à l’autre ou un chicot qui voulait se barrer : "j'en ai marre de vous, j'me casse !", non. Plissant dans les yeux dans un rictus satisfait, elle hocha la tête, la balançant de haut en bas amplement, comme un poney qui s’ébrouerait.

    « Mais je veux bien m’y risquer si ça n’a pas d’effets secondaires sur ma capillarité. »

    Elle passa une main distraite dans ses cr… cheveux, et fit un mouvement de cheveux comme dans la pub Elle-Sève. Technique de drague approuvée par 90% des utilisateurs. Et puis peut-être que comme ça le shampooing agirait bien profondément de la racine juuuusqu’à la pointe du cheveu. D’Âches aimait beaucoup ses tifs. Que dire, elle y vouait presque un culte. Dans sa chambre, elle avait un autel à cheveux, avec une brosse, des produits de bôté, pour qu’ils soient de toute bôôté. C’est ainsi qu’elle s’entretenait, pour cacher ses défauts. Ce léger écartement entre ses deux dents de devant, sa petite taille, son nez en trompette, ses lèvres un peu trop épaisses. Son regard se déporta sur le paysage, histoire de ne pas être encore plus mal à l’aise en se focalisant sur la nénette. Quelques sirènes s’amusaient dans l’eau d’un bassin, non loin. Reine eut un sourire attendri en les voyant se chamailler amicalement. Comme c’était romantique, comme situation. Une sensation de mal-être l’envahit. Est-ce-que c’était bizarre de vouloir embrasser une fille sur la bouche ? Est-ce-que c’était interdit par la loi des lippes ? Une grimace hideuse déforma son visage, tandis qu’elle soupirait discrètement en piaffant. Donc pas vraiment discret. Mais bon. Prenant son courage à deux sabots, elle se lança.

    « Et ben moi, c’est Reine Beau d’Âches. Et toi, joli monstre des mers ? »

    Un rougissement surgit sur ses pommettes et elle se gratta l’arrière de la tête machinalement. Il fallait bien engager la conversation d’une façon ou d’une autre, non ? C’était sa manière à elle de détendre l’atmosphère, même si la félutine était aussi tendue qu’un string sur les fesses d’un Mammouth-Garou. Allez allez, un peu de calme voyons. Elle n’allait pas la manger de toute façon … Si ? A moins que les monstres n’apprécient la chair tendre et fondante des petits poneys. De toute façon, Reine était trop adorable pour se faire manger, nah !


[désolée si c'est d'la merde, j'suis juste K.O.]
Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Sébastien Loeb dans les nuages
» Liens inactifs dans Outlook Express
» [Résolu] Affichage images dans un mail
» compteur php dans page générée par e-anim
» [Résolu] Texte impossible dans Outlook Express

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hocus Pocus :: rp :: atlantide :: Sentier Têtenbulle-